#456

Elle traverse la gare avec un large sac à dos autour duquel pendouillent et s’entrechoquent les éléments de son attirail : une coupelle pour l’aumône, une grande bière sans saveur, une paire de sandales de cuir blanchie par le soleil et la poussière des routes. Au moment où elle consulte le tableau des horaires on annonce trente minutes de retard. Alors elle se déleste de son sac en râlant, sort un téléphone de sa poche, se connecte à son compte facebook, et rédige sans plus attendre un commentaire désobligeant.

Post navigation