#483

« Bon, j’y vais, j’ai besoin de mourir » lance le clochard à la clientèle bourgeoise de la librairie, qui demande après son départ à ce qu’on ouvre grand les fenêtres pour faire entrer un peu d’air pur.

Post navigation