#487

Après avoir aperçu des enfants danser comme des fous sur la Macarena à la fête de fin d’année de leur école, je suis pris d’une soudaine nostalgie de ces incroyables années 90 qui nous ont quand même fait passer de Nirvana à Los del Rio sans aucune espèce de transition.

Et puis d’un coup, comme une gifle cinglante me tirant de ma rêverie, retour brutal dans notre décennie finissante : un vague Papaouté, une triste Nakamura, suivie d’un pauvre Rap à la mélodie difficilement identifiable, sur lequel en tout cas les enfants ne danseront pas.

Post navigation