#506

Rien trouvé d’autre que la Littérature pour faire sécession quand tout me paraît trop bête, ou que l’air du temps devient irrespirable. Plutôt que de céder au dégoût et de cracher au pied du premier brailleur de slogan qui passe, je me retranche dans un livre comme d’autres le font dans la drogue ou dans des mondes factices. La lecture des chefs-d’oeuvres du passé s’apparente alors à un masque de réalité virtuelle qui façonne pour moi des êtres plus denses, plus riches et plus vivables que ces crétins à pancartes qui ne pensent pas plus loin que le bout de leur tweet. 

Post navigation